Tarfaya

Tarfaya

Tarfaya  Tarfaia طرفاية

Ville du sud du Maroc à 500 km d’Agadir. Petite capitale provinciale qui compte 7000 habitants.

Située sur la côte de l’océan Atlantique, tribu des Tenka à proximité du cap Juby, c’est le lieu où la côte africaine bifurque en direction du sud.
Son climat très venteux fait que le sable envahit la zone, rendant un développement de la ville très difficile. Pour l’éviter, des murs ont été construits et une ceinture verte végétale est en train d’être plantée.
C’est un lieu perdu plein de charme, à l’atmosphère marine et entouré de sable ainsi que de souvenirs historiques.

Son passé est glorieux. Ce fut un fort portugais, point stratégique pour les traversées de l’océan Atlantique, et elle fut ensuite occupée par les Anglais au XIXème siècle. L’écossais Donald McKenzie créa l’emplacement original, la Casa del Mar, qui au cours du protectorat s’appela la Villa Bens, en honneur à un militaire espagnol.
C’est la capitale de l’ancienne colonie espagnole de Cap Juby, zone sud du protectorat espagnol du Maroc, qui se situe entre l’ancienne colonie espagnole du Sahara et le fleuve Drâa.

L’aérodrome de Cap Juby, à proximité, constitua une escale importante sur les routes de l’Aéropostale entre l’Europe (Toulouse) et le Sénégal. Encore aujourd’hui, ce lieu est une étape de l’historique rallye aérien Latécoère Toulouse-sud du Sénégal.
En 1958, elle revint au Maroc après l’indépendance et un Musée de la Résistance y fut établi pour rappeler cette époque.
Tarfaya fut la base de la Marche Verte, au cours de la décolonisation du Sahara Occidental en 1975.

Il faut bien sûr parler de la Casa del Mar, une fortification abandonnée sur la plage et construite en 1889 par la compagnie West African Company qui y établit un poste commercial. Au moment de la marée basse, l’intérieur peut être visité.
En 2004 a été créé le monument et musée dédié à Antoine de Saint-Exupéry, écrivain et aviateur responsable de la base aérienne en 1927 qui s’inspira de la ville pour écrire « Le Petit Prince ».

Son développement économique est plus faible que celui de ses voisines Tan-Tan et Laâyoune car elle est éloignée de la route Nord-Sud.
Tarfaya est un centre administratif provincial et possède un petit port de pêche et de commerce qui souffre de problèmes pour l’amarrage et le drainage du sable.

Le tourisme n’est que faiblement développé. Ses longues plages venteuses attirent les amoureux du windsurf et de la pêche mais le tourisme du désert, avec ses étendues de dunes à proximité, est encore à développer.

À 2 km au sud, sur la plage, on peut apprécier les restes du ferry Assalama, naufragé sur la côte.

Les créations en métal et en argent ainsi que les bijoux sont très réputés au niveau de l’artisanat.

Le Moussem de Lamyar, fondateur de la zaouïa du même nom, est très célèbre. Il réunit les tribus de la région.

Il n’y a pas vraiment d’offre hôtelière de qualité. Nous retrouvons l’Hostal Tarfaya Audat, le Casamar, l’auberge Marcha Verde et des chambres peuvent être louées.

ALENTOURS

NORD

PARC NATIONAL KHENIFISS  اخنيفيس

À 70 km en direction de Tan-Tan et à 23 km d’Akhfennir, après une déviation de la route nationale vers l’intérieur pour éviter la lagune littorale dans l’embouchure du fleuve Agoutir, nous trouvons une zones de marais salants et de dunes peuplées d’oiseaux migrateurs.
Le parc national a été créé pour protéger le désert, les zones humides et les dunes côtières.

Sa haute valeur écologique fait que sa déclaration en tant que Patrimoine de l’Humanité est en cours d’étude.
Le parc inclut une partie de la côte et la lagune de Nahla, l’une des plus grandes de la côte marocaine. Chaque année, environ 20000 oiseaux choisissent d’y rester en hiver.

Les reste d’une fortification espagnole ont été trouvés à proximité. Ils pourraient correspondre à Santa Cruz de la Mar, premier établissement de la Couronne de Castille, coïncidant avec la colonisation des Canaries.

L’intérieur du parc est formé d’une hamada de montagnes et de dunes. On y remarque le village de Jaouli Naam, avec de petites rivières dont s’approchaient les autruches jusqu’aux années 1960.

En continuant vers le sud, nous arrivons au village saharien de Hagunia, dans l’ancien Sahara espagnol, siège d’une Zaouia, de la tribu des Filala, et zone de puits où l’on trouve de nombreux dromadaires. Depuis ce site, une route part vers Laâyoune à 85 km.

Au sud du parc, il est possible d’admirer les spectaculaires marais salants de Sebkh Tazra.

SIDI AKHFENIR

En suivant la même route, à côté de la mer et à 95 km, nous trouvons ce village au développement rapide en raison de sa situation sur la route Nord-Sud. Il a un aspect sale et abandonné mais offre de bons services au niveau du transport routier. C’est le village le plus proche du parc national et l’on y trouve le centre d’informations.

C’est un centre de pêche artisanale (un paradis pour les pêcheurs à la ligne qui viennent depuis la côte).
Mention spéciale à la Courbine d’Argent, un hôtel en bord de mer. Dans le village, vous retrouvez aussi plusieurs auberges et maisons d’hôtes.
À quelques kilomètres en direction de Tan-Tan, ne manquez pas d’admirer une superbe zone de falaises.

AU SUD

TAH

À 35 km en direction de Laâyoune, par la route nationale, se trouve l’ancienne frontière du Sahara espagnol, un poste militaire et, dans les environs, la grande lagune salée de Sabkhat Tah.
Nous pouvons y voir le monument dédié à la Marche Verte de 1975 car il s’agit de l’endroit où cette marche de 350000 volontaires s’est arrêtée : ce fut le début de la décolonisation du Sahara occidental.
Tah possède un camping.

DAORA

Localité située à 65 km, à côté des marais salants d’Oum Deboa, et centre administratif local où est exploité son sel de grande qualité. C’est aussi une zone de dromadaires et elle bénéficie d’un petit hôtel ainsi que d’un camping.

AMGRIOU

Ce village de pêcheurs, à 40 km en direction de Laâyoune par la route côtière, a reçu le nom de Playa Negrita par les Espagnols. On y trouve autant de bâtiments administratifs que de cabanes de pêcheurs et c’est un endroit connu pour être un important centre de pêche de poulpes et de ramassage d’algues pour leur exportation.

LAAYOUNE SAHARA OCCIDENTAL  à 115 Km.

Sur la carte

Loading
Centrer
Circulation
A vélo
Transports

Évaluez cet article

Avez-vous aimé cette histoire? Vous pouvez noter de 1 à 5. Nous vous remercions de votre contribution!

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (9 votes, average: 4, 56 out of 5)

Loading...


Related Articles

La Route du Drâa: de Zagora à Goulimine et Tan Tan

Cette route commence à l’ouest de ZAGORA par la nouvelle route N-12 Zagora-Goulimine, qui traverse le Sahara jusqu’à la côte, à côté de

Tan-Tan, Maroc

 تان تان – Visiter Tan-Tan Petite capitale provinciale proche de l’Atlantique, dans le Sahara, qui recense 50000 habitants et est

Visiter le Sahara Occidental

Le Sahara Occidental est un vaste territoire saharien peuplé de tribus nomades et qui fut colonisé par l’Espagne en 1934.

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*