Visiter Taza, Maroc

Visiter Taza, Maroc

Taza  كوب   capitale de la province (n°46), région de Taza Al Hoceima Taounate, est située dans un couloir entre le Moyen Atlas et le Rif, séparant les vallées du Muluya et du Sebu sur le plateau de Fes. C’est un passage obligé entre la côte Atlantique, les plateaux de l’orient et Argelia.

C’est aussi un arrêt obligatoire sur la route Fes-Oujda. La ville mérite sans aucun doute une visite et représente une bonne destination pour les amoureux de la spéléologie et pour commencer des parcours en 4×4 vers l’Atlas.

Visiter Taza

La ville de Taza s’est développée à partir du monastère fortifié que les berbères ont construit au Xème siècle. Elle a été fortifiée une nouvelle fois par les Almohades et les Mérinides. Sa situation géographique entre le Rif et l’Atlas lui a conféré une importance stratégique. Assiégée par les tribus des Ghiatas-Riatas, elle a été isolée et a perdu toute son importance au XIXème siècle. Elle a enfin été occupée par les Français en 1914.
Actuellement, c’est la capitale provinciale ainsi qu’un centre universitaire et militaire.

On y trouve une ancienne médina, déclarée bien culturel par l’UNESCO. Elle est située dans la partie haute de la ville, sur un promontoire rocheux.
Pour y arriver, il faut monter une colline à côté des murailles de 3 km du XIIème siècle qui sont entourées d’oliviers et qui offrent de superbes vues sur la ville moderne et sur l’Atlas. Vous pouvez d’ailleurs facilement trouver un endroit pour vous garer à proximité de la vieille ville.
Même si elle est mal conservée, la médina mérite la peine d’être vue ; elle recèle des coins intéressants et des ruelles à travers lesquelles on peut se perdre sans être dérangé car ce n’est pas une médina touristique.

Vous pouvez admirer la porte Er Rih ou du vent, avec des magnifiques vues sur l’Atlas. À l’intérieur, vous trouvez l’ancienne Kasbah, le Dar el Makhzen et la madrassa d’Abu al Hasan.
La Grande Mosquée Almohade, située au nord, à proximité de la porte Er Rih, est un joyau de l’architecture marocaine ; à l’intérieur, vous serez frappé par son grand lustre de quatre mètres sur deux. Sa bibliothèque est l’une des plus importantes du monde musulman. Au sud de cette mosquée, en traversant les souks, nous retrouvons la Mosquée des Andalous. 
Elles sont difficiles à localiser sans guide et ne peuvent pas être visitées si vous n’êtes pas musulman. Les souks et la Kissaria ont plus d’intérêt ; aux côtés des produits agricoles de la zone, vous pourrez y trouver des bijoux, de la céramique et des tapis fabriqués dans les montagnes par les authentiques Berbères de Béni Ouaraïn, qui vivent au sud de la ville. Il ne reste qu’un cimetière de l’antique communauté hébraïque.
Dans la partie basse de la médina et séparée par des espaces verts se trouve la ville nouvelle, créée en 1920, avec de larges avenues et une université. En pleine croissance ces dernières années, elle s’étend jusqu’à la route principale où se situe le souk hebdomadaire des lundis et jeudis.
C’est une ville bien communiquée par l’autoroute et le réseau de chemins de fer mais on n’y trouve qu’une faible offre hôtelière. Le meilleur endroit pour se loger dans la zone est l’hôtel Friouato (2 étoiles) dans la ville moderne. Il est spécialisé en spéléologie.

Il n’y a pas de restaurants dans la médina ; pour manger, vous devez donc descendre vers la ville nouvelle.

ENVIRONS DE TAZA

Parc National de Tazzeka, Moyen Atlas

Le Parc National de TAZZEKA  se trouve à 46 km au nord-ouest de la ville, sur les monts de Riata, canton des Beni Ouarin et dernier prolongement de l’Atlas avant de s’unir à la cordillère du Rif. On peut le parcourir en suivant un circuit de 70 km.

Créé en 1950 sur une aire initiale de 680 hectares, le Parc National Tazekka protège les ressources naturelles du Djebel Tazekka, qui culmine à 1980 mètres et domine la région. C’est une zone à la faune abondante et on y remarque surtout le cerf de Barbarie, récemment introduit. Au niveau de la flore, le cèdre, le chêne-liège et le chêne vert se distinguent.

Il est possible de réaliser un circuit en passant par Ras El-Ma (Ras-El-Oued), qui se caractérise par la présence, entre les montagnes, d’une source, de cascades et de forêts.
Les grottes de Chiker et les spectaculaires grottes du Friouato, l’une des plus grandes grottes africaines, sont à voir. On peut admirer la magnitude et les merveilles de ses nombreuses salles.
En poursuivant vers le sud, après être monté au port de Bab Taka, vous arriverez au Djebel Tazzeka, à 1980 mètres d’altitude, qui offre des vues splendides. Vous pourrez aussi admirer les gorges de l’Oued Zireg.

Vous trouverez un hôtel de montagne à Bab Bpodir, le Tazzeka Park Hotel.

En continuant davantage vers le sud, sur des chemins accessibles en véhicules tout-terrain, il est possible de monter jusqu’au refuge de Tafferte, à côté du Djebel Iblane qui culmine à 3500 mètres d’altitude. Le ski y est praticable en hiver, sur des pistes non-équipées.

Toujours en direction du sud, il est possible de traverser le Djebel Bou Naceur de 3340 mètres d’altitude, par le canton des Beni Ouarain, une tribu belliqueuse pendant la période du protectorat, qui se caractérise par la fabrication de tapis. Ensuite, le chemin descend vers la vallée du Muluya par Outat Oulad El Haj. 

Routes du Rif

Nous allons maintenant nous intéresser à quelques routes de montagne qui traversent la cordillère du Rif en direction du nord et qui passent par les régions des Gzenayas, les Branes ou les Tsul, des kabyles connues pour leur folklore. Ces dernières ont été les premières à embrasser l’Islam avec l’arrivée d’Idris Ier et sont aussi connues pour leurs affrontements avec la France durant la période du protectorat.

Route de Gzenaya

Une route très sinueuse se dirige vers Kaseta et traverse la région de Gzenaya, une zone peu touristique à proximité de pics de plus de 2000 mètres.
Elle passe par le souk de Had de Jbarna, à 35 km vers l’est dans la région des Branes. Taineste est sa capitale. C’est une zone où l’on retrouve en abondance les amandes et les oliviers.
Vers le nord, on retrouve la petite ville d’Aknoul, à 59 km. Elle est située à 955 mètres d’altitude et est la capitale de la tribu berbère des Gzenayas.
À partir d’Aknoul, nous pouvons dévier par Nador et accéder à Boured ainsi qu’à la vallée de l’Ouerrah.
Cette zone était connue, durant la guerre d’Afrique, comme le triangle de la mort, en raison de sa difficile pacification. Elle a été divisée entre les deux protectorats et se caractérise par son folklore très riche.

La route traverse les crêtes du Rif, le massif d’Azrou ou le port de Kaseta, à 96 km, qui donne accès à la vallée du Nekor et à Alhoceima à 150 km ou encore à la vallée du Kert et à Nador à 183 km.

Route de la vallée de l’Hadar

Une autre route part à 6 km de Taza en direction de Fes. Elle monte vers le Rif, à travers la vallée du fleuve Hadar, région des tribus des Branes et des Tsouls, en passant par Msila et El Gouzal à partir desquels nous pouvons dévier vers les grottes de Kef El Rhar.
La route monte vers le village de Taineste à 70 km. Situé à 1072 mètres d’altitude, c’est le centre régional des Branes. À partir de ce point, après avoir suivi une route difficile au milieu de gorges, il faut traverser le port de Ba Si Kebat pour arriver à la haute vallée du fleuve Ouerrah. En suivant cette vallée, on peut accéder à Tahar Souk  Taounate à l’ouest et Boured à l’est.

Route d’Oujda

Elle traverse Regen Zhazha, en altitude, et descend la vallée aride du Muluya par l’Oued Msoun.

Il s’agit de la plus ancienne kasbah de la région et d’un monument historique du XVIIème siècle qui a joué un rôle important dans la pacification de la zone au cours du protectorat.

La sortie pour y accéder est signalée sur l’autoroute.

Guercif

Capitale provinciale située dans une zone aride, sur les bords du fleuve Muluya et sur la route d’Oujda, à 65 kilomètres de Taza. Elle constitue une croisée des routes et des voies de chemin de fer ; vers le nord, celles-ci mènent à Nador et Melilla et, vers le sud, la route emprunte la direction du désert en passant par Missour, Midelt et Errachidia. C’est un centre agricole d’olives et d’élevage et également un centre militaire. Elle n’est pas touristique et ne présente qu’une offre de services limitée car elle ne constitue qu’un arrêt sur la route d’Oujda-Fes. Le festival des Olives en octobre est un événement typique.

Debdou

Située au sud en direction de Midelt, à 70 km de Guercif, après avoir traversé les plaines de Trafata. Cette localité se situe dans une vallée aux pieds du massif de la Gaada, dans les derniers contreforts de l’Atlas. Siège d’une communauté séfarade après la reconquête espagnole, elle se détache par sa Kasbah entourée de murailles et par son quartier juif dans le centre.

Son développement économique est très faible en raison de sa situation géographique hors des routes principales. Cet endroit dépend surtout de l’agriculture et de l’élevage.

Sur la route de Fes

Oued Amlil

Après avoir suivi l’étroite vallée d’Inauen et passé Taouhar, vous arrivez à cette ville, centre de la région. Elle est proche de Sidi Abdala de Riata, à 35 km, sur les flancs du Djebel Tazzeka, le centre de la tribu de ce nom, et est renommée pour ses restaurants de route dans lesquels on peut déguster le meilleur kefta au monde. Elle se démarque par ses carrières de pierre blanche ou grise, qui décorent de nombreux monuments et édifices du Maroc.

La route passe à 12 km de la ville de Tahala, puis à 61 km de Taza, sur les flancs de l’Atlas, un important centre agricole et une ville berbère de la tribu des Masmuda.
Elle descend vers le plateau de Fes en suivant l’embouchure du haut fleuve Sebu. À côté du lac artificiel Idris, nous trouvons des stands de fruits et légumes (courges) et de poisson du lac à proximité.

Sur la carte

Loading
Centrer
Circulation
A vélo
Transports

Évaluez cet article

Avez-vous aimé cette histoire? Vous pouvez noter de 1 à 5. Nous vous remercions de votre contribution!

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (5 votes, average: 4, 20 out of 5)

Loading...


Related Articles

La Grotte de Friouato

Située dans le parc national de Tazzeka, c’est l’une des plus grandes grottes d’Afrique et elle attire de nombreux amateurs

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*