Visiter Ouezzane, Maroc

Visiter Ouezzane, Maroc

Ouezzane  وزاث   

Ouezzane est une ville du nord située sur les flancs sud de la cordillère du Rif, dans la province n°78 de la région de Tanger – Tétouan.

C’est une ancienne ville antique, probablement d’origine romaine, qui a servi de forteresse pour la défense contre les Européens de la côte au XVème et XVIème siècles.
Elle constitue aussi une capitale spirituelle importante pour le soufisme.

Elle a été ancrée dans le protectorat français qui a construit une ville coloniale entre 1920 et 1956 et l’a transformée en important centre militaire. Un chemin de fer y a été construit pour la relier à Kenitra.
Après l’indépendance, son importance a chuté car elle était située hors des routes commerciales et a perdu son poste de capitale qui a été attribué à Sidi Kacen. Elle est toutefois en train de récupérer cette importante grâce à la création d’une nouvelle province dans la région de Tanger-Tétouan.
La ville a grandi avec des quartiers spontanés en raison de l’émigration rurale. 

C’est aujourd’hui un centre agricole producteur d’huile, même si la majeure partie des olives sont envoyées aux industries de Meknès et de Fès.
Ses figues et son miel de thym du Rif sont réputés. Ils peuvent être achetés au souk.

Chefchaouen se trouve à environ 60 kilomètres. On peut accéder à Ouezzane en empruntant la route de Meknès, après avoir traversé le Rif.
Elle est aussi à 160 kilomètres de Ceuta.
C’est un bon endroit pour faire une pause sur la route de Chefchaouen-Fès, que ce soit pour manger ou acheter ses fameuses djellabas ou sa délicieuse huile. 

Visiter la ville

Sa médina du XVIIème siècle s’étend sur le flanc du mont Bou Hallal, créant une ville de couleur blanche. Elle ressemble à Chefchaouen, même si elle est moins bien conservée (mais peut-être plus authentique).
En raison de ses caractéristiques religieuses, on n’y retrouve que peu de murailles ou de tours de défense. En revanche, il est possible d’y voir plusieurs portes d’entrée, la plus connue étant Bab Fatha, du XVIIème siècle, un simple arc surbaissé en briques cuites et pierres sèches. 

Une autre porte intéressante est celle de Bab Jmouâa, un arc outrepassé brisé. 

Quartiers

Dar-Sqaf constitue la partie la plus ancienne de la médina. C’est là que s’était installé le fondateur de la Confrérie Fraternité Ouazzanie Cherif Moulay Abdellah. Ses restes y reposent.
On y retrouve la zaouïa de Tabiya, qui abrite la mosquée portant le nom de quartier. On la connaît sous le nom de mosquée verte; elle possède un minaret octogonal et n’est autre que le siège de la Confrérie Ouazzanie où réside le Cheikh actuel.

On peut visiter l’ancien quartier juif dans la zone la plus haute.

Il faut absolument visiter la Quaiseriya ou quartier commercial et artisanal couvert de jalousies en bois, dans lequel sont vendues les fameuses djellabas en laine fine ou épaisse de renommée nationale.
Les Passerelles ou Sabats sont caractéristiques de la ville. Certaines se trouvent sur des arcs et forment des passages étroits et bas.

Sur la place principale, celle « de l’indépendance », nous retrouvons le centre névralgique de la ville. Certains bâtiments de l’époque française sont encore visibles, comme le Grand Hôtel et la Tour de l’Horloge. Cette place donne accès à la médina et est très animée. On y trouve beaucoup de restaurants populaires.
Si vous avez un peu de temps, prenez votre voiture pour aller en haut du mont Bou Hallal et profiter des magnifiques vues.

Artisanat

On retrouve un important artisanat textile autour de la “Djellaba Ouazzania”, traditionnelle et de grande qualité, qui permet à 700 personnes de travailler. Les tapis font aussi partie de l’artisanat local.

L’artisanat de bois, très réputé, fabrique, en plus des meubles, des objets typiques comme le Sebsi (une pipe), le Tsabih (un rosaire religieux) et la gaïta, un instrument de musique de la famille du hautbois utilisé par les Kabyles. 

La tannerie et l’artisanat de peau, avec la fabrication de babouches, existent depuis le XVème siècle.

Dans les montagnes du Rif qui se trouvent à proximité sont fabriquées des poteries très décoratives en terre cuite de couleur claire, avec des dessins noirs caractéristiques.

Manger et dormir

C’est une ville qui manque d’infrastructures touristiques. Il existe cependant des restaurants populaires sur la place, où l’on peut déguster la fameuse soupe de haricots avec l’huile de la région.
Il faut souligner les auberges sur la route, comme le Motel Rif au niveau de la sortie vers Fès. Au niveau de la sortie vers Chefchaouen, nous retrouvons le magnifique café Riad. 
Dans la ville, il est possible de trouver des petits hôtels basiques, comme les hôtels Zaouïa et la Poste (Avenue Mohamed V).

Il vaut mieux dormir à Chefchaouen qui se trouve à 65 km.

ENVIRONS

À 9 km à l’ouest, il vaut la peine de connaître le village d’AZJEN et de visiter le sanctuaire du rabbin Rabit Amrane, un centre de pèlerinage hébreu.

HAD KOURT, à 25 km au sud, est le centre régional de l’ancien pays Sefiane et le siège d’un important Festival de Printemps, avec des spectacles de chevaux et de la musique traditionnelle. 

Sur la carte

Loading
Centrer
Circulation
A vélo
Transports

Notez ce reportage

Avez-vous aimé ce reportage ? Vous pouvez donner une note de 1 à 5. Nous vous remercions de votre contribution !

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (3 votes, average: 4, 00 out of 5)

Loading...


Related Articles

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*