Errachidia

Errachidia

Errachidia     الرشيدية

Située à 1010 mètres d’altitude dans une zone aride aux pieds de l’Atlas, il s’agit de l’ancienne ville de Ksar Es-Souk. Habitée par la tribu des Aït Yafelmane, elle a servi de base à la Légion Étrangère Française au cours du protectorat français jusqu’en 1956.
Elle a été construite au début du XXème siècle, dans le style militaire, avec des rues droites et bien urbanisées.

Elle est située sur le fleuve Ziz, qui apporte l’eau provenant de la fonte des glaces de l’Atlas et y forme un étang. Ce fleuve meurt un peu plus au sud, dans le Sahara.
Aujourd’hui, elle constitue la capitale de la région de Tafilalet ainsi qu’un important centre administratif, commercial, militaire et universitaire.

Ses vallées font partie des oasis du sud marocain déclarées comme Patrimoine de l’Humanité et l’on y retrouve une abondance de gisements géologiques et minéraux où sont cultivés les palmiers dattiers.

Toute l’architecture traditionnelle de la zone est basée sur le principe de la fortification.
La kasbah ou tighremt est un édifice à plusieurs étages qui possède des tours au niveau de ses quatre coins et, parfois, un patio central.
L’alcazar (ksar ou ighrem) est un village entouré de murailles avec des tours de surveillance à différents points et une ou plusieurs entrées monumentales. À l’intérieur, en plus des maisons, on retrouve toujours une mosquée, un espace pour les fêtes et, parfois, une auberge (fondouk).

Le climat est désertique, avec des hivers froids (les températures tombent en-dessous de zéro) et des étés très chauds (40°). Les meilleures saisons sont le printemps et l’automne.

Errachidia possède un petit aéroport avec des vols réguliers vers Casablanca et des vols charter. C’est une ville de base et de départ pour le tourisme du désert, vers les dunes de Merzouga, Erfoud, Rissani, la route des Kasbahs, l’Atlas ou le plateau du Rekkan, avec des garages pour les véhicules tout-terrain.

Il faut noter l’étang de Moulay Hassan Eddakhil. Avec le contraste entre le bleu de ses eaux et la couleur ocre des montagnes, cet endroit constitue un très beau site. C’est aussi une zone de pause pour les oiseaux migrateurs et les amateurs de pêche à la ligne l’utilisent beaucoup.

Les gorges d’El Kheng méritent aussi le détour.

À proximité de l’étang, on retrouve le lac Ksar Jdid, une ancienne mine de sable.

En mai, le Festival de Musique du désert est célébré dans toute la région du Tafilalet. Il dure une semaine et des artistes d’Arabie et d’Afrique y sont présents.

Artisanat

Dans la région, on produit une céramique caractérisée par l’absence de peintures ornementales mais naturellement vernissée .
Dans les oasis, la production artisanale essaye de couvrir les besoins locaux ainsi que la demande de la population nomade de la région. La forge de fer était un travail spécifique à la population noire. L’orfèvrerie d’argent était, à une autre époque, une spécialité des Hébreux, en plus de la charpenterie et de la sellerie.

Les femmes, de leur côté, pratiquent le tissage de tapis ou de couvertures et la broderie de l’haïk, non de manière professionnelle mais en tant qu’activité complémentaire à leur travail domestique. Les tapis, tissus de laine (djellabas, handiras, burnous, hayeks) ou bijoux en argent avec des pierres semi-précieuses représentent certaines de leurs activités.
Dans les montagnes proches, les plantes aromatiques et médicinales qui se retrouveront plus tard dans les herboristeries traditionnelles abondent. Les plantes sont très utilisées dans la cuisine locale et il ne faut pas non plus oublier les magnifiques dattes.

Dans les environs, nous pouvons admirer des gisements de fossiles de l’ère primaire, quand la zone était plongée sous la mer.

Gastronomie

La base de la nutrition est la farine de blé, de maïs ou d’orge, avec laquelle on fait le pain et le couscous. Ce dernier plat constitue le repas habituel dans la région.
À midi, on prépare habituellement un tajine avec du pain, des légumes et des morceaux de viande cuits dans un mélange d’eau, d’huile et de nombreuses épices.

Dormir

L’offre hôtelière y est assez simple. L’hôtel le plus luxueux est le Kensi Rissani (4 étoiles) au centre-ville, à côté du fleuve ; à proximité de ce dernier, on retrouve l’Hôtel Vallée Ziz (3 étoiles), l’Hôtel Kasbah Aferdou (3 étoiles), Le Riad (3 étoiles) et l’Auberge Tinit, dans la zone touristique de la route pour Ouarzazate.
Il est possible de dormir dans des campements touristiques dans le désert.
Nous vous conseillons les hôtels des villages proches d’Erfoud, Merzouga ou Rissani.

  Réserver hôtel à Errachidia

EXCURSIONS DANS LES ENVIRONS

ROUTE DE OUARZAZATE

Route des Mille Kasbahs.

Voir notre reportage sur la Route des Mille Kasbahs

Tinejdad

En suivant la route principale vers Ouarzazate (N-10) qui longe le fleuve Todra, nous arrivons à la palmeraie de Fekla, caractérisée par son ancienne Kasbah almoravide, et à un superbe hôtel, le Gîte Elkhhobat, d’où partent une route vers Erfoud et des chemins de montagne vers Mesissi, sur la route de Rissani-Zagora. À la sortie vers Tinghir, nous retrouvons la Kasbah El Khobat.

En prenant la direction de la montagne, nous atteignons l’oasis de montagne d’Aghbalou Kerdous. C’est un endroit sublime et très tranquille qui se démarque par ses sources, ses grottes et ses villages berbères typiques.

Plus d’informations et réservation d’hôtel à Tinejdad

À 9 km, par la N-10, nous trouvons les sources de Lalla Mimouna. Ce sont des sources d’eau gazeuse riche en magnésium.

Cette route N-10 continue vers Asrir, où se situe l’Auberge Berbère Muxo. En poursuivant par la vallée, nous arrivons à Tinghir, à 137 km,  à côté des gorges du Todra.

ROUTE DE FES

Les Gorges du Ziz, à 45 km en direction de Fes, renferment les voies d’entrée historiques vers le Tafilalet. La route borde un lac artificiel dans les environs de la ville, où l’on peut admirer les Kasbahs Tirhiorite et Amezoudj, le col du Ziz, les palmeraies, la Kasbah en adobe d’Ifri et le tunnel du Légionnaire, taillé dans la roche calcaire par les Français au cours du protectorat.
Sur cette route, nous trouvons la Kasbah Hôtel Camping Jurassique (3 étoiles), dans une zone où ont été trouvés des restes de dinosaures.

Plus d’informations

ROUTE DU TAFILET

Elle suit la route de la vallée du fleuve Ziz, bordée de palmiers. À 18 km, au milieu de la palmeraie, on remarque une source bleue, une oasis de fraîcheur et de verdure en plein désert. Au-dessus d’elle, dans la montagne, on peut voir l’ancien fort français de Meski.

En parcourant la vallée vers le sud, nous passons par la palmeraie d’Aoufous, déclarée Réserve de la Biosphère par l’UNESCO, qui détonne en raison du désert et de la hamada de ses environs. Au milieu des palmeraies et des jardins, nous pouvons admirer plusieurs kasbahs, comme l’ancien palais alaouite de Maaka.

Dans ses environs, on retrouve plusieurs petits logements typiques : le Gîte La Grotte Vallée, le Gîte Tamlli et  le Gîte Dans la Palmeraie.

Les kasbahs et les palmeraies se succèdent lors des 30 kilomètres qui suivent, jusqu’à arriver à Erfoud – Merzouga dans la région du  Tafilalet.

ROUTE DE  FIGUIG

Route de 390 kilomètres à travers le désert qui parcourt le sud de l’Atlas saharien et la vallée du Guir pour arriver au plateau de Tamlelt, dans la région orientale, à côté de la frontière algérienne.

C’est une route peu touristique, idéale pour les touristes en quête d’aventure.

BOUDNIB

À 93 km, nous trouvons un ancien poste militaire qui a été établi dans cette oasis en raison de sa situation géographique stratégique pour la pénétration coloniale du Maroc. Elle se trouve en effet à proximité du Sahara, dans la région du Tafilalet qui est proche de la frontière avec l’Algérie.
C’est un lieu idéal pour faire une pause lors des voyages en véhicule tout-terrain.
On y retrouve un logement rural : le Gîte la Posada.

Vers le nord, nous arrivons à la Kasbah de Tazourguerte et, après avoir traversé Belkassen, nous accédons aux villages de montagne de B. TAJJITE  et  TALSINNT, qui est devenu célèbre en raison de la découverte de pétrole il y a quelques années. C’est un bon site pour les amoureux des fossiles.

Ces chemins se poursuivent vers le nord à travers le plateau de Rekkam, une longue zone désertique peu traversée et seulement habitée par des bergers nomades.
À partir de cette ville, en empruntant la direction sud et en traversant une hamada rocailleuse, nous pouvons parvenir à Erfoud et Merzouga.

BOUANANE

Oasis qui se trouve à côté du fleuve Guir, à 140 km, et qui est née en tant que détachement de l’armée française. Aujourd’hui, cette petite localité rurale en bord de route bénéficie de beaux paysages de montagnes et recèle de petits villages au style traditionnel.

Des chemins pour les véhicules tout-terrain partent de cet endroit ainsi qu’une route vers le nord qui traverse les montagnes de l’Atlas, remonte le fleuve et passe par plusieurs villages comme ceux de Takoumit ou Aourir ou par la zone minière de plomb de Morthel, qui compte un fort français.
Cette route continue vers Beni Tajjite, Talsinnt et Minsour, dans la vallée du fleuve Mouluya.

MENGOUB

Contrôle militaire avec la frontière algérienne, à 225 km, à côté de l’étang de Douiss qui abrite des oiseaux. C’est une étape de route, utilisée par les amoureux de véhicules tout-terrain.

Zone de départ de chemins vers le nord de l’Atlas Saharien, le plateau de Rekkam et Talsinnt.
La route traverse la plaine de Tamlelt où des lagunes se sont formées avec la pluie. Ces dernières contrastent avec le désert et les oiseaux y sont nombreux. La zone est parsemée de dayas, des dépressions où l’humidité se concentre et où la végétation (arbres) pousse.

BOUARFA

À 282 km, nous trouvons l’ancien centre minier de Manganeso et la fin de la vieille voie de chemins de fer. Cet endroit s’est transformé, plus tard, en centre administratif et commercial de la région. C’est aussi un marché de bétail.

Cette route se termine à Figuig, à 390 km, à proximité de la frontière algérienne.

Sur la carte

Loading
Centrer
Circulation
A vélo
Transports

Évaluez cet article

Avez-vous aimé cette histoire? Vous pouvez noter de 1 à 5. Nous vous remercions de votre contribution!

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (9 votes, average: 4, 78 out of 5)

Loading...


Related Articles

Boudnib

Boudnib / Boudenib  Petite ville saharienne de 10000 habitants, située sur un plateau à côté de la vallée du fleuve

Visiter Goulmina

Petite ville de la province d’Errachidia qui se trouve sur la route des mille kasbahs, à laquelle on accède en suivant

Visiter Figuig

Figuig est la capitale provinciale (n°53) de la région orientale et une importante oasis saharienne déclarée comme bien culturel de l’UNESCO. Elle

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*